Acheteur compulsif, il ne se refuse donc rien, changeant de voitures comme de chemises, réglant systématiquement la note pour toute la tablée et plus si affinités. Provoquant parfois la colère de sa femme Laeticia.

Décédé le 6 décembre dernier des suites d’un cancer des poumons, Johnny Hallyday ne laisserait pas derrière lui la fortune que l’on pourrait imaginer. En effet, le rockeur aurait été tout au long de sa vie plus beaucoup plus cigale que fourmi. Au magazine Les inrocks, un proche explique : “Médiatiquement, Johnny Hallyday s’est construit en dépensant son argent. Les premières années, dès qu’il achetait des voitures, il faisait la une des magazines. Il a conservé cette vision à l’ancienne de la rock-star. Il croit qu’il doit dépenser pour être Johnny, que son image passe par là.”

Les dernières années, pour répondre aux besoins spécifiques du chanteur, sa banque, la Banque De HSBC, se charge de toutes les démarches. Quand le rockeur fait une dépense particulièrement conséquente, la facture est vérifiée avant d’être ensuite validée ou pas. ce qui sauve parfois le chanteur de décisions regrettables. En 2006, après un voyage au Canada, Johnny Hallyday annonce à ses proches qu’il a acheté un ranch de 500 hectares.

Son fondé de pouvoir, Pierric Le Perdriel, s’arrache les cheveux et Laeticia se met en colère. Comme le chanteur n’a encore officiellement rien payé, la promesse d’achat est invalidée et les vendeurs reçoivent tout de même 200 000 euros de compensation financière. Une anecdote surprenante parmi des dizaines qui ont jalonné la longue carrière du chanteur et ont obligé ses proches à de multiples stratagèmes pour éviter que ses comptes ne soient perpétuellement dans le rouge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here